Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Délices et vie parisienne

Cicalfate d’Avène ma crème réparatrice chouchou

20 Mai 2012, 13:31pm

Publié par Cécile ...

Il nous arrive toutes et tous à un moment d’avoir de petits bobos cutanés, boutons, rougeurs, petites plaies, eczéma etc. ouai c’est moche mais on assume de ne pas être une de ces créatures photoshoppées à l’allure plastifiée, on assume grâce à Cicalfate notre ami !

Pour tous ces petits bobos j’utilise une crème réparatrice que j’adore, la Cicalfate d’Avène. Une crème réparatrice, cicatrisante, régénérant et apaisante, conseillée aussi bien pour les adultes que pour les enfants et nourrissons.

cicalfate-desmotsbeaute.jpg

 

La Cicalfate contient des sels de cuivre et de zinc connus pour leurs propriétés antibactériennes, associés à un agent spécifique, le sucralfate, qui apaise et active le processus de réparation cutanée. L'Eau Thermale d'Avène apporte également à cette crème des vertus adoucissantes et anti-irritantes.

Ces propriétés font de Cicalfate un produit de soin réparateur et antibactérien en cas d'irritations cutanées ainsi que pour certaines suites opératoires de petite chirurgie.

 

J’ai commencé à utiliser Cicalfate sur les conseils de mon tatoueur, pour faire cicatriser mon tatouage et depuis j’en ai toujours un tube chez moi et à chaque petite lésion je m’en tartine.

Très efficace contre les boutons grâce au cuivre et au zinc qu’elle contient pour une action antibactérienne.

Si vous avez la peau grasse ou mixte vous pouvez vous permettre de la mettre sur tout le visage car elle est assez desséchante sinon je conseil de la mettre uniquement sur les lésions.

Elle a une texture assez grasse et épaisse et reste longue à pénétrer dans la peau donc plutôt à appliquer le soir.

Bref cette crème est un de mes indispensables, petites plaies, boutons, rougeurs, cicatrice du à une opération, nez irrité au moment d’un rhume etc. une véritable crème utile et efficace.

8euros le flacon de 40ml

 

Bon week end

 

Cécile Marchet 

 

Commenter cet article