Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Délices et vie parisienne

Cupcakes Oréos

24 Octobre 2012, 15:46pm

Publié par Cécile ...

Bonjour à tous.

IMG_1285.JPG

En fouillant mes placards, je suis tombée sur un sachet de pâte à gâteau nature toute prête… Aucun souvenir d’avoir acheté cela, étant donné que j’adore cuisiner et qu’un gâteau nature il n’y a pas plus simple à faire.


Bref j’arrête de me poser des questions sur la provenance de ce sachet. Puisqu’il est là je vais l’utiliser, mais pas comme ça, je ,’n’ai pas envie de faire un cake nature.

En réfléchissant ¼ de seconde je trouve ce que je vais faire : des cupcakes aux Oréos !

Façon sympathique et originale de détourner un sachet de pâte à gâteau toute prête.


Donc comme d’habitude je vais faire le maximum pour vous donner des quantités :-p

 

Ingrédients

 

Pour 10 cupcakes :

Un sachet de pâte à gâteau nature

environ 14 Oréos « original »

 

 

Pour le topping :

4 Oréos « original »

10 minis Oréos

250gr de Mascarpone

4 CS de sucre glace (dosez selon vos gouts)

 

 

Préparation :

 

- Versez la pâte toute prête dans un saladier.

- Concassez au couteau 4 Oréos, puis mélangez à la pâte les miettes d’Oréo.

- Répartissez une cuillérée à soupe de pâte dans les moules à cupcakes, puis posez au-dessus un oréo,

- Recouvrez ensuite d’une seconde cuillérée à soupe de pâte.

- Enfournez pendant 20 à 25 min à 180°

 

- Pendant ce temps, versez le mascarpone dans un récipient.

- Mixez finement 4oréos.

- Ajoutez au mascarpone le sucre glace, et la poudre d’oréo, mélangez bien puis versez le topping dans une poche à douille. Conservez 1h au réfrigérateur.

- Une fois que les cupcakes sont totalement refroidis, ajoutez une bonne dose de topping, car un cupcakes n’est pas un cupcakes sans un épais manteau de crème !

- Pour terminer en beauté, déposez sur le haut du topping un mini Oréo.


Ça claque non ? c’est quand même plus sympa qu’un cake tout simple et tristounet !

 

Amusez-vous en cuisine et bon appétit ;-)

 

 

Cécile M. 

 

Commenter cet article